Suivi qualité de l’eau

Pour connaître l’état de la qualité des eaux et apprécier l’efficacité des actions mises en œuvre, des suivis de la qualité des eaux et des milieux aquatiques sont mis en place.

Réseau et stations de suivi

Il existe différents réseaux de mesures sur le bassin versant du Linon. Le syndicat du Linon suit depuis 2010 une dizaine de points de suivi répartis sur le territoire comme l’indique la carte suivante :

Qeau

Le réseau comprend 2 stations “bilan” :

  • La station numéro 13 : à l’exutoire de la masse d’eau Donac
  • La station numéro 5 bis : à l’exutoire de la masse d’eau Linon (=exutoire du bassin versant du Linon)

7 stations “évaluation” :

  • Station numéro 1 : Linon amont
  • Station numéro 10 : Ruisseau des Iffs
  • Station numéro 12 : Ruisseau du Thélohier
  • Station numéro 14 : Ruisseau Romoulin amont
  • Station numéro 15 : Ruisseau Hautière
  • Station numéro 16 : Exutoire Romoulin
  • Station numéro 17 : Ruisseau du Fournet

 

D’autres réseaux et stations de suivis, sont suivies dans le cadre de dispositifs nationaux et départementaux. Les résultats sont accessibles sur le site l’Agence de l’Eau Loire Bretagne :

http://www.eau-loire-bretagne.fr/informations_et_donnees/donnees_brutes/osur_web

Le protocole de suivi du réseau de mesure du bassin du Linon

En fonction des paramètres de qualité des eaux, un protocole spécifique est établi. Certains paramètres comme les pesticides doivent être suivi après une pluie de 10 mm.

 Stations bilansStations "évaluations"
Nombre de prélèvements24 prélèvements par an12 prélèvements par an
Type de prélèvements1 prélèvement calendaire
1 prélèvement "pluie"
1 prélèvement calendaire
ParamètresPhosphore total
Ammonium
Carbone Organique
Matières en suspension
Nitrates
Nitrites
Oxygène dissous
Orthophosphates
Température de l'eau
pH
 Stations bilan
Nombre de prélèvements
10 prélèvements par an (sauf en janvier et août)
Type de prélèvementsAprès une pluie de 10 mm ou une fois par mois si pas de pluie
Substances chimiques recherchéesListe 35 pesticides (Lien liste)

L’objectif de bon état des eaux

Le bon état des eaux est l’objectif fixé par la Directive Cadre sur l’Eau (DCE). Il se caractérise de la manière suivante :

bon_etat2

Ces objectifs DCE sont localement renforcés par les objectifs qualitatifs fixés par le SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) Rance Frémur Baie de Beaussais :

  • 25 mg/l de nitrates – percentile 90
  • 0.2mg/l de phosphore – percentile 90
  • 9mg/l de COD en 2015 (dérogation DCE : 7mg/l) – concentration maximale
  • 0.1µ/l par Substance Active et 1 µ/l de Substances Actives cumulées – concentrations maximales

Les principaux résultats de la qualité des eaux sur le bassin versant du Linon

Les nitrates

Les nitrates retrouvés dans nos cours d’eau sont principalement d’origine agricole. Le nitrate est un élément nutritif pour les plantes, mais les excès, non absorbés en raison de sa forte solubilité, sont lessivés par les eaux et se retrouvent dans nos cours d’eau et nappes souterraines. Cet excès de nitrates,comme de phosphore contribue à l’eutrophisation des eaux (eaux vertes, prolifération d’algues…). L’excès de nitrates limite aussi la production d’eau potable lorsque les concentrations dépassent 50mg/l.

Le nitrate peut aussi provenir des épandages des boues de stations d’épuration et de la décomposition naturelle de la matière organique. Toutefois, les concentrations naturelles de nitrates restent bien inférieures à 10 mg/l.

Nitrates 1 Nitrates

Entre la masse d’eau Linon et Donac, les réseaux restent relativement homogènes. Le seuil DCE de 50 mg/l est respecté aux exutoires des deux masses d’eau, il n’est pas respecté sur certains affluents comme par exemple le ruisseau des Iffs avec maxi 60 mg/l, ruisseau du Romoulin, Ru Fournet (Saint Judoce) ou de la Hautière (Saint Domineuc) avec un pic de 65 mg/l.

  • Le seuil SAGE RFBB n’est respecté sur aucune station de suivi

Le phosphore total

Le phosphore est un élément indispensable au développement de tous les organismes vivants. Il est naturellement présent qu’en très faible quantité dans le sol et dans les eaux.

En raison de la déréglementation sur les lessives, l’origine du phosphore est désormais principalement liée à l’activité agricole (épandage, érosion des sols…). Toutefois, les rejets d’eau résiduaires peuvent être une source de phosphore non négligeables surtout lorsque les systèmes d’épuration ne traitent pas le phosphore.

Phosphore1Phosphore

Après une forte baisse en 2009 et 2011, les concentrations en phosphore stagnent jusqu’en 2014.

La masse d’eau Donac reste la plus dégradée et de manière homogène sur l’ensemble de la masse d’eau.

Pour la masse d’eau Linon, c’est le ruisseau du Romoulin le plus dégradé mais le rejet de la STEP (station d’épuration) de Saint Domineuc peut expliquer les concentrations élevées à l’exutoire du ruisseau. En revanche sur le ruisseau de la Hautière, affluent du Romoulin, un pic maximum de 1.09 mg/l reste problématique et les origines ne sont pas encore déterminées.

Le seuil de 0.2 mg/l est dépassé sur la Donac et le ruisseau du Thélohier.

Le carbone organique dissous

Le COD (Carbone Organique Dissous) mesure la matière organique dissoute dans l’eau. La matière organique est la partie non décomposée des pollutions organiques provenant de la matière vivante morte (feuilles par exemple et des déjections des organismes vivants. La présence naturelle de matière organique est normalement faible. Les concentrations peuvent augmenter par les rejets d’effluents d’assainissement ou d’épandage agricole. Un mauvais fonctionnement des cours d’eau, en raison de leur rectification ou de la présence d’étangs peut favoriser la présence de matières organiques dans l’eau. La dégradation des matières organiques consomme l’oxygène dissous. Or cet oxygène dissous est nécessaire à la vie aquatique.

COD 1 COD

La masse d’eau Donac est plus dégradée que celle du Linon.

Sur la masse d’eau Donac, la situation est homogène avec un pic maxi de 18.7 mg/l à l’exutoire de la rivière.

Sur la masse d’eau Linon, la situation est plus hétérogène. C’est le Linon, en amont de Combourg, qui est le plus dégradé. Toutefois, c’est toujours de ruisseau de la Hautière à Saint Domineuc qui présente un pic maxi de 31,4 mg/l.

Le seuil DCE de 7 mg/l n’est pas respecté et des dépassements du seuil SAGE à 9 mg/l sont aussi régulièrement constatés.

Une tendance à la dégradation sur l’ensemble des masses d’eau est notamment observée; ce qui reste inquiétant notamment car il est difficile d’identifier l’origine ou les origines de cette source de matières organiques (agricole, assainissement, morphologique…).

Les pesticides

Les pesticides sont des produits chimiques utilisés pour tuer des organismes vivants (végétaux, insectes…). Ils sont toxiques et se dégradent plus ou moins bien dans l’eau. Les substances actives (SA) des pesticides recherchés sont principalement à usage agricole mais certaines sont aussi utilisées par les particuliers ou les collectivités comme le glyphosate. Certaines substances actives, dites métabolites, sont issues de la dégradation d’un pesticides et restent problématiques pour la qualité des eaux, comme l’AMPA, produit de dégradation du glyphosate. Certaines substances actives interdites sont toujours présentes dans l’eau comme le Diuran ou l’Atrazine. Il est donc nécessaire de toujours les recherches.

pesticides 1 Pesticdes

Les résultats restent équivalents entre les deux masses d’eau. Le seuil SAGE n’est pas respecté. Les transferts de pesticides sont importants lors d’épisode d’orage comme le 24 juillet 2014 avec des pics de concentrations maxi d’herbicides maïs de 9.38 µg/l Métolachlore, 1.36 µg/l Mésotrione.

La substance active la plus retrouvée reste l’AMPA, métabolite du glyphosate, désherbant total.